Transformation des espaces verts en pied d’immeuble en lieu de vie, d’échanges et de biodiversité

Par l'association Partageons les jardins (Toulouse)

Cette Inspir’action fait partie du Dossier ressources « Alimentation et territoires » : à télécharger ici.

Repères

Porteur du projet : un groupe d’habitants du quartier des Mazades à Toulouse (l’association Partageons les jardins accompagne le projet)

Statut du projet : en projet depuis 2014

Échelle : quartier (hors politique de la ville)

Thématiques traitées : alimentation, développement local

Public visé : tout public

Partenaires opérationnels : La Fabrique Solidaire des Minimes/Maison des Chômeurs, comité de quartier, groupe Les Chalets (bailleur social), centre socio-culturel, crèche

Partenaires financiers : Fondation de France (appel à projet « Démarches participatives et citoyennes »), bailleur social, syndic Sogem, ville de Toulouse

Moyens affectés : 6 200€ pour les achats (ruches, récupérateurs d’eau, outils de jardinage, bois recyclé pour la fabrication de bacs accessibles aux personnes à mobilité réduite, … + composteurs fournis par Toulouse Métropole)

Territoire : Toulouse regroupe plus de 470 000 habitants et a douze quartiers prioritaires (soit 55 000 habitants). Le quartier des Mazades n’est pas intégré à la géographie prioritaire.

Démarche territoriale de santé : pas d’intégration à ce jour aux démarches Atelier santé ville et Contrat local de santé de Toulouse

Contexte

Les Mazades, situé au Nord de Toulouse, ancien secteur maraicher, sont un quartier résidentiel constitué d’immeubles longeant l’avenue des Mazades, correspondant à plus de 800 logements avec une tour identifiée dans la ville par ses plus de 20 étages. Sont présents dans ce quartier quelques commerces (tabac, épicerie, pizzeria), un centre socio culturel, une association des chômeurs, une crèche. Il n’y a pas de comité de quartier propre aux Mazades, il est rattaché à celui des Minimes.

Dans ce quartier, les espaces verts entourent les différents immeubles et sont ouverts à tous. Ils sont entretenus par un jardinier de la copropriété, majoritairement constitués de pelouse, arbustes et quelques arbres et des jeux anciens. Les immeubles ont été construits dans les années 1970, et sont occupés par plus d’un tiers de propriétaires occupants. À sa construction, ce quartier était prisé par les familles et les enfants occupaient les espaces extérieurs.

Aujourd’hui, la population est vieillissante et les familles ne sont plus majoritaires. Les appartements HLM (1/5 de l’ensemble) restent occupées par des familles de différents pays d’origines, facteur de représentations négatives chez les familles présentes dans le quartier depuis sa création. Les différents ensembles sont gérés en copropriété. Un syndic, la Sogem, coordonne les différentes copropriétés. Le bailleur social, le groupe des Chalets, possède différents logements dont la moitié de ceux de la tour.

Un constat général est partagé entre habitants, comité de quartier, mairie, police et bailleur social de dégradation de la vie du quartier avec un sentiment d’insécurité (trafics de drogues, dégradations des biens collectifs).

Objectifs

Ce projet a pour objectif de transformer des espaces verts existants aux pieds d'immeubles, faibles en usages, en favorisant l'appropriation par les résidents d’un espace concerté et riche en biodiversité. L'un des axes pour ces nouveaux usages pourra être un espace de jardin partagé où l'autoproduction alimentaire sera encouragée et mise en application par des cours de jardinage adaptés et servira de base pédagogique pour les différents acteurs associatifs du quartier.

Un autre objectif est de favoriser la mixité sociale entre les différents habitants du quartier (qu’ils soient locataires HLM ou copropriétaires) et de dégager de cette mixité des échanges sur l'alimentation.

Description de l’action

Le projet répond à diverses problématiques sociales et de manière plus précise s'intéresse à la problématique de la précarité alimentaire. Il s'agit de développer avec les habitants et les acteurs locaux, des espaces de biodiversité, de sensibilisation à l'alimentation saine et d'autoproduction au cœur d'un quartier.

À l’initiative du projet, la maison des chômeurs, située au cœur du quartier, a proposé à ses adhérents et en lien avec les habitants de créer un jardin partagé. Elle a sollicité l’association Partageons les jardins pour être accompagné en 2014. Faute de moyens et d’espace, le projet n’a pas vu le jour. La maison des chômeurs s’est concentrée sur la construction, autour de son local, de quelques jardinières en bois de récupération cultivées avec les adhérents.

En début d’année 2017, une habitante membre de la copropriété d’un des immeubles a relancé l’idée de créer un jardin partagé pour occuper l’espace et amener les usagers à se rencontrer, en écho à la volonté de d’autres copropriétaires de clôturer la résidence pour répondre au sentiment d’insécurité.

L’association Partageons les jardins met en réseau les jardins collectifs et individuels de la région toulousaine et accompagne la création et l’animation de jardins partagés. Elle s’inscrit dans le réseau national des jardins partagés, Le Jardin dans Tous Ses États, et adhère à sa charte.

 

La maison des chômeurs, des habitants de la copropriété impliqués, le centre socio culturel, le comité de quartier et Partageons les jardins se sont réunis pour étudier la faisabilité du projet. Une première réunion au centre socio culturel a réunis plus d’une quarantaine de personnes intéressées. Partageons les jardins a présenté la méthodologie de projet, ce qui a confirmé un besoin d’accompagnement extérieur des habitants pour mener à bien ce projet.

La méthodologie proposée permet aux acteurs du quartier de s’approprier le projet, de répondre aux objectifs (environnementaux, économiques, santé, cohésion sociale, …) et de pérenniser le projet après l’accompagnement. Elle repose sur un diagnostic partagé, une concertation de tous les habitants et un suivi de l’aménagement et de la dynamique de groupe.

Le projet a été présenté à l’assemblée générale de la copropriété en mars 2017 et a été bien reçu à condition qu’il coûte peu à la copropriété.

Sous réserve de financements, le calendrier sera le suivant (2018-2020) :

  • Mobilisation des résidents : porte à porte, outils porteur de paroles (outil d’enquête dans l’espace public), diagnostic en marchant, réunion publique…
  • Animation de réunions de concertation pour que les résidents définissent ensemble leurs envies/craintes, les réalisations, le programme, l’aménagement, le fonctionnement/gouvernance
  • Mise en relation avec les différents partenaires : Compostage, haie champêtre, espace de biodiversité, ruches…
  • Chantier collectif : installation des aménagements et différents espaces jardinés
  • Suivi technique et de la dynamique de groupes par Partageons les jardins avec des ateliers de jardinage et de sensibilisation à l'alimentation, au circuit de production alimentaire (en s'appuyant aussi sur le fait que cette zone était autrefois maraichère)
  • Évaluation

Résultats

Le projet n'a pas encore été mis en œuvre. Au delà des réunions d'information et de constitution du groupe d'acteurs, un petit groupe de jardiniers a débuté des expérimentations sur une petite surface. Il s'agit pour eux de garder la vitalité de leur groupe et d'être ouverts aux potentielles questions des autres habitants et futurs jardiniers.

Le développement du jardin, en particulier la concertation pour son élaboration, restent à mener.

Perspectives

Partageons les Jardins est en relation avec plusieurs bailleurs sociaux dans différents quartiers politiques de la ville de l’agglomération de Toulouse. Une réflexion sur une métamorphose de la gestion des espaces verts est en cours et commence à être mise en expérimentation comme sur le projet des Mazades. À terme, l'idée est de développer des jardin partagés sur ces espaces mais aussi des parcelles maraichères qui permettront l'alimentation des résidents mais aussi l'éducation à l'alimentation des riverains.

Conseils pour reproduire ce projet

> Mobiliser habitants, syndic de copropriété, bailleur social et associations de quartier dès le lancement du projet

> Suivre une méthodologie de projet

> Être accompagné par un partenaire « expert » des jardins partagés

Aller plus loin

> Site de Partageons les jardins

> Réseau national des jardins partagés : Le Jardin dans Tous Ses États (JTSE)

> Charte du JTSE

Contact référent

Anaïs Marquet

Chargée d’animation, d’administration et de développement

Partageons les jardins

contact@partageonslesjardins.fr

06 87 37 81 67 

Complété le 12.10.2017


Télécharger l'Inspir'action au format PDF