Les prémices d’une gouvernance alimentaire métropolitaine

Par Bordeaux métropole

Cette Inspir’action fait partie du Dossier ressources « Alimentation et territoires » : à télécharger ici.

Repères

Porteur du projet : métropole de Bordeaux

Statut du projet : en cours de conception

Échelle : agglomération

Thématiques traitées : alimentation, développement local

Public visé : tout public, public précaire

Partenaires opérationnels : Bordeaux Métropole, Ville de Bordeaux, CCAS de Bordeaux, association International Urban Food Network (IUFN)

Moyens affectés : un poste de chargée de mission dédié à l’animation du Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable (CCGAD) au sein de la direction Energie, Ecologie et Développement durable de Bordeaux Métropole  + un poste de chargé de mission au sein du CCAS de la Ville de Bordeaux accompagnant le projet alimentaire à vocation sociale

Territoire : Bordeaux métropole regroupe 28 communes et compte 750 000 habitants, dont un tiers dans la ville de Bordeaux. Cinq villes ont un Atelier santé ville (Bordeaux, Eysines, Floirac, Mérignac et Talence).

Démarche territoriale de santé : en lien avec le contrat local de santé (CLS) métropolitain en cours de finalisation – la chargée de mission gouvernance alimentaire participe au groupe de travail « Favoriser l’adoption de modes de vie favorables à la santé/bien-être » afin que les réflexions du CCGAD soient prises en compte dans la rédaction des fiches-actions du CLS métropolitain. Des représentants du CLS métropolitains participent également aux rencontres du CCGAD afin d’y faire valoir une approche santé.

Contexte

Dans le cadre d’une mission d’appui à un projet de préservation des terres agricoles périurbaines, en 2010, le rapport Quévremont a montré la disparition de la ceinture verte nourricière de l'aire métropolitaine, ce qui a réduit à une journée l’autonomie alimentaire de l’agglomération. La production de produits frais (fruits et légumes, produits laitiers, viande) sur le territoire de la métropole de Bordeaux représente en effet moins d'un jour de la consommation annuelle correspondante. Cette faible autonomie pose question dans un contexte de changements climatiques (crise éventuelle, hausse du prix des transports, …), même s’il ne s’agit pas pour le territoire de devenir auto-suffisant.

Objectifs

Le projet de gouvernance alimentaire à l'échelle de Bordeaux Métropole vise à :

  • garantir la place des enjeux de l'alimentation durable dans la stratégie métropolitaine ;
  • favoriser la complémentarité des compétences entre échelons administratifs et acteurs du système alimentaire ;
  • offrir aux collectivités et aux acteurs du territoire le moyen de valoriser et faire émerger des initiatives originales en faveur d’une relocalisation du système alimentaire.

S’ajoutent aussi, notamment, des enjeux culturel (valorisation du patrimoine et des filières de qualité) et territorial (création de nouvelles solidarités entre urbain et rural).

Description de l’action

La ville de Bordeaux a lancé ses réflexions sur la gouvernance alimentaire dans le cadre de son Agenda 21. En 2014, elle a été désignée ville-pilote de la gouvernance alimentaire par le ministère de l'Environnement. Les organismes décentralisés de l’État présents dans la région ont coordonné leurs efforts et leurs compétences, dans un objectif de cohérence du chantier global : la DREAL, pilote du projet, ainsi que la DRAAF et l’ARS, ont apporté un soutien technique et financier à ces démarches. Cela a donné lieu à un diagnostic territorial et une cartographie d’acteurs.

La métropolisation en 2015 (passage de la communauté urbaine au statut de métropole) et le rôle de l’intercommunalité d’animation des territoires ont justifié un déplacement des réflexions à l’échelle de la métropole. Il n’existe pas de « compétence alimentaire » : le choix pour une collectivité de s’en saisir relève donc d’une volonté politique. Il faut également noter que la Direction Energie, Ecologie et Développement durable, porteuse de la démarche de gouvernance alimentaire, est un service mutualisé entre la métropole et la ville de Bordeaux.

 

Plusieurs évènements ont permis de réunir les acteurs du territoire et partager les réflexions :

  • en juin 2015, « Mangeons », 1er forum de l'alimentation durable, a réuni plus de 90 professionnels autour de la présentation du diagnostic territorial et de la cartographie d'acteurs ;
  • en octobre 2015, un 2e évènement participatif intitulé « Vers un conseil de gouvernance alimentaire » a réuni les mêmes acteurs, autour d’un partage des enjeux et objectifs d’une politique alimentaire territoriale et de la co-construction d’un document d’orientation, « feuille de route pour un système alimentaire territorial et durable » déclinant les thématiques alimentaires à investir.

 

En effet, sur le modèle des food policy councils au Royaume-Uni et en Amérique du Nord nés dans les années 1980, et pour pérenniser la dynamique, il a été proposé de créer un conseil consultatif de gouvernance alimentaire.

Sur cette base, plusieurs séries d’ateliers se sont succédées en 2016, co-pilotées par les directions de Bordeaux Métropole en charge de l’énergie, écologie et développement durable et de la nature, sur sept thématiques alimentaires :

  • Préserver les terres agricoles et alimentaires ;
  • Encourager l’activité agricole ;
  • Renforcer l’autonomie et la résilience alimentaires ;
  • Répartir de façon juste et équitable la valeur, en relocalisant les filières :
  • Encourager les circuits courts et de proximité ;
  • Permettre à tous les citoyens d’exercer leur choix d’une alimentation durable et de qualité ;
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

Ces travaux ont débouché sur la proposition d’un plan d’actions s’inscrivant dans la politique métropolitaine Haute Qualité de Vie, et ont été l’occasion de recenser les initiatives des différents acteurs du territoire. Le conseil métropolitain de Bordeaux métropole a acté la création du Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable (CCGAD) en mai 2017. Il est créé à titre expérimental, pour une durée de 3 ans. Cette période permettra d’ajuster progressivement ses modalités de gouvernance et de mettre en œuvre, dès son lancement (octobre 2017), un dispositif de suivi pour mesurer l’impact des actions menées.

 

Le lancement du CCGAD a réuni 130 participants. Outre les objectifs poursuivis par le projet de gouvernance alimentaire, le conseil a pour mission de valoriser les initiatives existantes, mettre en réseau les acteurs de l’alimentation, renforcer et encourager les projets partenariaux pour permettre l’accès de tous à une alimentation durable et de qualité.

 

Le conseil consultatif est composé de cinq collèges d’acteurs. L’enjeu est d’assurer la représentation de toutes les parties prenantes du système alimentaire : politiques publiques, production alimentaire et agricole, transformation alimentaire, distribution alimentaire, sensibilisation, défense des intérêts et aide au changement de pratiques des mangeurs.

Quatre commissions thématiques se réuniront tous les trois mois :

  • renforcer la capacité agricole alimentaire du territoire ;
  • relocaliser les filières et encourager les circuits courts et de proximité ;
  • permettre à tous d’exercer son choix d’une alimentation durable et de qualité ;
  • lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

Une déclinaison opérationnelle : le projet alimentaire à vocation sociale de la ville de Bordeaux

Dans ce cadre métropolitain est née l'ambition de mener un projet alimentaire à vocation sociale porté par la Ville de Bordeaux, son CCAS et Bordeaux Métropole (direction Energie, Ecologie et Développement durable). Ce projet vise à expérimenter un programme opérationnel permettant l’accès de tous à une alimentation saine et durable et une mobilisation forte des acteurs autour de ces questions à l’échelle locale de la ville.

Les diagnostics territoriaux ont relevé que les obstacles à l'accès de tous à une alimentation saine et de qualité sont principalement des problématiques sociales et un manque de communication sur les différents modes de commercialisation alimentaire. Le CCAS est déjà fort de son expérience d’animation et de coordination des acteurs de l’aide alimentaire, à travers son dispositif Relais Popote (fiche-expérience réalisée par l’UNCCAS). Cette action vise notamment à faciliter l’accès à des espaces cuisine pour les personnes les plus vulnérables.

Le projet alimentaire à vocation sociale sera mis en œuvre sur une période de deux ans. Il nourrira les réflexions menées au sein du Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable et pourra favoriser l'essaimage de ce type de projet dans d'autres communes de la métropole.

Il a été lauréat de l’appel à projet 2016-2017 du programme national de l’alimentation (PNA). A ce titre, il reçoit le soutien de la DRAAF Nouvelle Aquitaine pour une période de trois ans.

 

Le projet alimentaire à vocation sociale de la ville de Bordeaux poursuit les objectifs suivants :

  • garantir l'accessibilité sociale et économique de tous les habitants à des produits de qualité en levant la contrainte de la capacité financière et en répartissant l'offre alimentaire sur le territoire ;
  • contribuer à la santé des habitants et garantir une meilleure nutrition par la qualité des produits, leur saisonnalité, leur traçabilité et l'évitement des transports longs ;
  • considérer la précarisation des petits producteurs de proximité, les soutenir pour contribuer à la durabilité du système de production du bassin de vie de la métropole ;
  • revoir l'aménagement de la ville à travers la mise en place d'une trame verte comestible, saine et pédagogique ;
  • permettre à tous les citoyens d’exprimer et d’exercer leur choix vis-à-vis d’une alimentation saine et durable ;
  • contribuer à réduire le gaspillage des denrées alimentaires, notamment dans la logique du programme "Zéro déchet - zéro gaspillage" dont Bordeaux Métropole est l'un des lauréats.

Il s’agira d’abord de valoriser ce qui existe, mutualiser des actions et accompagner les structures existantes. Des temps de rencontre seront aussi organisés dans les quartiers, afin de présenter les enjeux de la gouvernance alimentaire et faciliter l’accès dans le quartier à des aliments de qualité.

Résultats

> Une évaluation suivie de la portée des actions et de la gouvernance du Conseil consultatif de gouvernance alimentaire durable sera réalisée (d’ailleurs, ce dernier définira rapidement les indicateurs de suivi pertinents).

> Un travail d'évaluation sera mené afin d'évaluer l'impact du projet alimentaire à vocation sociale de la Ville de Bordeaux.

> A l'échelle métropolitaine, ce projet de gouvernance alimentaire a d’ores et déjà facilité la mise en réseau de nombreux acteurs (création de partenariats et de synergies). Le projet alimentaire à vocation sociale pourra aussi profiter de cette dynamique vertueuse afin de soutenir les acteurs agissant en faveur de l’accessibilité, physique et financière, d’une alimentation de qualité.

Perspectives

> Recherche-action en cours : GouTer (Gouvernance territoriale des systèmes alimentaires), piloté par l’IUFN, en partenariat avec l’IRG, RUAF Foundation, l’Association des Régions de France et RESOLIS, et financé par la Fondation Daniel et Nina Carasso. Cinq territoires y participent : Bordeaux métropole, la ville de Lyon, la région Centre-Val de Loire, le Pays Loire Nature Touraine et le Pays des Châteaux. L’objectif de ce projet est de renforcer les capacités des collectivités territoriales en matière de gouvernance alimentaire, afin de faciliter le déploiement des projets alimentaires territoriaux et systèmes alimentaires territorialisés. Voir la plaquette de présentation

Conseils pour reproduire ce projet

> La gouvernance alimentaire appelle l’animation d’une triple transversalité :

  • interne à la collectivité (mise en cohérence des politiques publiques en lien avec l’alimentation) ;
  • entre échelons administratifs (mutualisation des compétences en lien avec l’alimentation) ;
  • entre collectivités et acteurs du territoire (mise en réseau des acteurs et des projets, co-construction des objectifs stratégiques et opérationnels).

> Il est nécessaire de mener une démarche de concertation territoriale avec les acteurs de l'alimentation présents sur le territoire afin de co-construire des projets véritablement adaptés aux problématiques locales, et bénéficiant au mieux aux acteurs locaux et aux habitants.

Aller plus loin

> Historique de la démarche de gouvernance alimentaire de Bordeaux métropole (ajouter doc pdf + présentation ppt au lancement du conseil consultatif)

> Site de l’IUFN

> Guide « Construire un projet alimentaire territorial », par l’IUFN et le Conseil départemental de Gironde (2016)

Contact référent

Morgane Scouarnec

Chargée de mission gouvernance alimentaire

Bordeaux métropole – Direction Energie, Ecologie et Développement durable

mscouarnec@bordeaux-metropole.fr

05 56 46 82 18

 

Complété le 12.10.2017


Télécharger l'Inspir'action au format PDF