Le dispositif RESCORDA : un programme d’accès aux soins en milieu rural misant sur la médiation en santé

Par Médecins du Monde (Puy-de-Dôme)

Cette Inspir’action fait partie du Dossier ressources « Santé mentale et isolement social » : à télécharger ici

Contexte de l’action

Médecins du Monde encadre des DU (diplôme universitaire) Santé Précarité : dans ce cadre, des étudiants ont travaillé sur le milieu rural et relevé des besoins importants et des problématiques particulières. Médecins du Monde a alors lancé une mission exploratoire, forme d’évaluation visant à identifier les besoins avant d’installer un programme sur un territoire.

De façon concomitante, le Pays de Combrailles, à travers l’association Avenir Santé Combrailles, menait un diagnostic santé, en prévision de l’élaboration de son contrat local de santé.

Ce territoire ayant été identifié par Médecins du Monde comme l’une des zones rurales prioritaires, le dispositif RESCORDA y a été créé et fait l’objet d’une fiche-action du CLS.

Dans ce contexte rural, les personnes en situation de précarité voient leurs difficultés d’accès aux soins accentuées par leur isolement géographique : les transports publics sont presque inexistants et près de la moitié des personnes concernées par le dispositif n’ont pas de véhicule.

Fiche-identité de l’action

Porteur du projet : Médecins du Monde

Statut du projet : en cours de mise en œuvre depuis 2013

Échelle : territoire rural regroupant 27000 habitants

Thématique traitée : isolement des personnes précaires vivant en milieu rural

Public visé : personnes en situation de précarité

Partenaires opérationnels : travailleurs sociaux de secteur (circonscription d’action médico-sociale du département), associations de solidarité (Secours Populaire, Catholique, Restos du Cœur, etc.), Missions Locales, professionnels de santé, Pôle Emploi, CLIC, mairies, communautés de communes

Partenaires financiers : ARS Auvergne-Rhône-Alpes, fondations privées (Macif, Crédit Agricole Solidarité Développement), CPAM du Puy-de-Dôme

Moyens affectés : 150 000 €/an, 2 salariées (coordinatrice et médiatrice en santé), une dizaine de bénévoles

Objectifs de l’action

> Faciliter l’accès à la santé des personnes précaires isolées en milieu rural

> Promouvoir la prévention et le dépistage

> Témoigner et mener des actions de plaidoyer auprès des institutions

Description de l’action

RESCORDA (Réseau de santé et de coordination d’appui) est un dispositif de médiation en santé entre les personnes en situation de précarité rencontrant des difficultés dans leur parcours de soins et les professionnels locaux pouvant répondre à leurs besoins. Cette action privilégie la rencontre de proximité (à domicile ou sur les lieux de vie) et consiste en un accompagnement vers le système de santé : écoute privilégiée, évaluation des besoins sociaux et de santé, aide dans les démarches d’accès aux droits et aux soins, orientation et accompagnement physique, si nécessaire, vers les structures et professionnels en fonction du besoin identifié.

 

Pour repérer les personnes ayant besoin de cet accompagnement, Médecins du Monde déploie des stratégies d’aller vers : présence sur les lieux de distribution des colis alimentaires, enquête auprès des agriculteurs, ... De plus en plus, grâce au travail de réseau, ce sont les partenaires qui orientent les personnes vers la médiation.

La médiatrice en santé recrée du lien entre la personne et les institutions et acteurs du territoire ; si une problématique autre que de santé émerge, par exemple sur le logement, elle oriente vers la bonne structure, poursuit sa mission de médiation, sans faire à la place de l’assistante sociale compétente. Trois bénévoles appuient la médiatrice en santé, notamment pour accompagner les personnes à leurs rendez-vous médicaux quand elles en expriment la demande.

 

Les personnes en situation de précarité accueillies ont souvent des parcours de vie très lourds, faits de nombreuses ruptures, voire de traumatismes. Certaines personnes ont un grand besoin de parole, d’écoute, de soutien moral. Les difficultés sociales et la précarité entraînent souvent un sentiment d’abandon, d'exclusion voire de rejet. Aussi, les personnes accompagnées ont souvent besoin de revalorisation, de restauration de leur confiance en elles et en l'avenir, pour pouvoir retrouver leurs capacités d'action et de changement, notamment pour avancer dans leurs démarches, qu’elles soient de soins, professionnelles ou familiales.

L’accès à une consultation psychologique dans le droit commun s’avère parfois difficile (distance géographique, accès financier des psychologues libéraux, délais de rendez-vous, déni, peur, stigmatisation du « psy »). Face à ces constats et au besoin de soutien moral des personnes rencontrées, deux bénévoles psychologues ont été recrutées pour la réalisation de consultations psychologiques. Cet appui est temporaire, le temps que la personne aille mieux ou le temps de trouver des relais extérieurs dans le droit commun. C’est une « prise en charge tampon », un palliatif aux carences du droit commun.

 

En plus des consultations psychologiques, ont été mis en place des ateliers participatifs sur la « psychologie » (représentations, définition d’un psychologue, d’un psychiatre, différence entre les deux, accès géographique et financier, travail sur les freins et les moteurs, etc.). Ces ateliers sont animés par une psychologue bénévole formée aux méthodes de l’éducation populaire. Ils ont été mis en place suite à la demande d’un groupe d’usagers (ce sont des groupes de personnes en situation de précarité – associations ou SCOP – réunis dans le cadre d’actions collectives financés par le département. Ces actions collectives travaillent autour d’un projet commun : épicerie solidaire, jardin partagé, …).

Résultats de l’action

>En 2017, 662 passages, 292 contacts ; 112 personnes prises en charge ; 10 bénévoles

> En moyenne, les personnes prises en charge rencontrent 3 à 4 fois la médiatrice en santé (l’accompagnement va de quelques semaines à quelques mois selon les situations)

> Certaines personnes suivies s'autonomisent et sont en capacité de faire face aux difficultés rencontrées

> Travail en collaboration des partenaires sociaux et de santé

> Meilleure coordination et synergie des actions sur le territoire

Perspectives

> Le programme se poursuit actuellement. D'autres ateliers seront mis en place prochainement sur l'expression de la demande, les besoins et droits des usagers vis-à-vis de la santé et la non-violence.

> Un groupe de travail sur la prévention du suicide des agriculteurs a été mis en place par la coordinatrice territoriale de santé (animation du CLS) visant à la création d'un réseau de prise en charge pour ce public.

> La problématique de la mobilité et du transport fait l’objet d’un plaidoyer de Médecins du Monde auprès des institutions. Une réunion des acteurs locaux en 2017 a produit des recommandations ; et un projet de « co-voiturage santé solidaire » doit voir le jour dans les prochains mois.

Conseils pour reproduire ce projet

> Travailler en réseau : bien connaître les acteurs du territoire et être identifié ; maintenir des contacts réguliers

> Être mobile sur le territoire et agir en proximité (importance de l’aller vers)

> S’adapter au public

 

Une mission du même type a ouverte courant 2016 dans la Haute Vallée de l’Aude en Occitanie. Ces missions en territoire rural présentent des différences d’approche par rapport aux missions plus habituelles de Médecins du Monde en milieu urbain : ici, l’approche est davantage territoriale que populationnelle ; de plus, l’installation demande du temps pour être bien identifié par les acteurs locaux et le public et expliquer le programme. Enfin, le repérage des personnes exige, encore plus qu’en zone urbaine, d’aller vers.

Repères sur le territoire

Territoire : le Pays des Combrailles compte une centaine de communes et près de 50000 habitants. Le dispositif RESCORDA de Médecins du Monde se déploie sur une partie du Pays des Combrailles : un territoire de 1000 km2 comptant 27000 habitants. Ce territoire a été choisi parce que la précarité y est concentrée et des acteurs institutionnels et associatifs sont déjà présents, ce qui permet un travail partenarial.

Contrat de ville : le territoire n’est pas concerné par la politique de la ville

Démarche territoriale de santé : parmi les 70 missions en France de Médecins du Monde, le programme RESCORDA déployé dans les Combrailles a été sa première mission en milieu rural.

Le Pays des Combrailles est couvert par un contrat local de santé depuis fin 2012. Ce CLS est porté par une association regroupant élus locaux et professionnels de santé, Avenir Santé Combrailles, et animé par une coordinatrice territoriale de santé. Il comprend cinq axes :

  • maintien de l’offre de soins de premier recours de qualité sur le territoire ;
  • organiser la prise en charge des urgences en tenant compte de la spécificité géographique et des caractéristiques de la population des Combrailles ;
  • parcours de soins des personnes âgées en perte d’autonomie ;
  • lutter contre l’exclusion du système de soins sur le territoire (dont une des actions est le dispositif RESCORDA de Médecins du Monde) ;
  • espérance de vie en bonne santé en maîtrisant les risques pour la santé.

Aller plus loin

> Site de Médecins du monde

> Étude sur l’état de santé et l’accès aux soins des agriculteurs des Combrailles

> En savoir plus sur le CLS du Pays des Combrailles

Contact référent

Céline Laurenson

Coordinatrice technique – Mission France / Auvergne

Médecins du Monde

celine.laurenson@medecinsdumonde.net

09 51 54 42 49

 

Complété le 2.05.2018


Télécharger cette Inspir'action au format pdf