Intégrer l'éducation pour la santé dans les parcours scolaires : l'investissement de la Ville et de l'Education nationale / Pantin

Par l’Atelier santé ville de Pantin

Repères

Statut du projet : en cours de mise en œuvre

Échelle : ville, avec une attention particulière sur les quartiers en politique de la ville, par l’intermédiaire des établissements scolaires et des centres de loisirs

Thématique traitée : hygiène de vie

Public visé : enfants, jeunes et parents

Partenaires opérationnels : direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN), écoles et collèges de la ville, centres de loisirs municipaux

Partenaires financiers : ARS (8000€/an), État-contrat de ville (5000€/an) [Depuis 2016, conformément à la réforme de la politique de la ville de 2014, les crédits de la politique de la ville financent les actions se déroulant uniquement sur le temps péri-scolaire]

Moyens affectés (ressources humaines) : 1,2 ETP agents de prévention santé + 0,15 ETP coordinatrice ASV

Contexte

Depuis 1985, la ville de Pantin a développé une politique de prévention de la santé bucco-dentaire. En partenariat avec la mission bucco-dentaire du département, la municipalité avait créé des postes d’agents d’animation, dont les missions principales étaient le dépistage et la prévention à travers des actions menées dans les écoles. Petit à petit, le champ des thématiques abordées s’est élargi, à la demande des enseignants, infirmières scolaires et directeurs d’établissement : nutrition, sommeil, hygiène,… d’autant plus que les différents diagnostics locaux de santé (réalisés par le pôle Prévention Santé Handicap et l’Atelier santé ville) ont préconisé de développer des actions de promotion de la santé de proximité adaptées selon les âges.

Cet enjeu fait l’objet d’une fiche-action dans le Contrat local de santé et a justifié le renforcement des actions développées en partenariat avec l’Éducation nationale.

Objectifs

> Proposer des actions d’éducation pour la santé dans les écoles

> Intégrer les actions de prévention dans le parcours scolaire de l’élève

Description de l’action

Le pôle Prévention Santé Handicap n’est pas le seul service municipal à proposer des activités éducatives auprès des établissements scolaires. En 2008, l’Inspection académique, devenue depuis la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN), le service municipal à la culture et son élu se sont rapprochés afin de cordonner l’ensemble de l’offre proposée par la ville au sein des écoles. Depuis, une convention lie la ville, l’Académie de Créteil et la DSDEN et les activités éducatives mises en œuvre par les différents services de la ville (culture, santé, développement durable, …) sont répertoriées, chaque année, dans un « portail des actions éducatives à l’école ». Ce catalogue d’actions est destiné aux enseignants et feuilletable en ligne.

Ce partenariat n’est pas original en soi (les collectivités territoriales sont des partenaires classiques de l’école publique), mais son ampleur à Pantin est exemplaire, d’après l’inspecteur en charge du territoire de Pantin.

 

L’objectif premier des agents de prévention santé est de rendre l’enfant acteur de sa santé. Les premières années, les interventions étaient ponctuelles, à la suite d’une demande d’un enseignant, sans stratégie clairement définie d’organisation des actions dans l’espace et dans le temps. À partir de 2013, suite à l’expérimentation d’un nouveau format dans une école, la ville a réorienté et organisé son offre sous forme de parcours éducatifs. Ainsi, dans un « parcours santé », un même groupe d’élèves suit différentes interventions sur un ou plusieurs thèmes. Les thèmes sont choisis selon les besoins repérés par l’enseignant ou le service de santé scolaire : les infirmières scolaires participent à l’alerte sur des thématiques particulières et peuvent être relais entre les agents de prévention et l’établissement scolaire.

Par conséquent, moins d’enfants sont touchés chaque année, mais l’approche est plus qualitative, puisque les actions prennent plus de sens si l’apprentissage s’inscrit sur la durée. Non seulement les intervenants retrouvent une même classe trois fois dans une année scolaire ; mais cela permet également à l’enseignant de poursuivre les apprentissages ou de les préparer en amont.

Résultats

> En 2014-2015, plus de 6500 personnes sensibilisées par le pôle Prévention Santé Handicap, dont 70 % vivent en quartier politique de la ville (environ 2000 enfants de 0-3 ans, 2300 enfants de 7-11 ans, 275 jeunes de 12-16 ans et quelques centaines de parents + 2000 enfants suivis pour le dépistage bucco-dentaire).

> En 2014-2015, 120 actions menées, représentants 280 interventions du pôle Prévention Santé Handicap (un même groupe est vu de 2 à 3 fois pour une action).

> Augmentation des demandes d’interventions au fil des années (aujourd’hui, la demande des établissements scolaires et centres de loisirs est supérieure aux possibilités d’animation de l’ASV).

> Un partenariat pérenne et solide entre la ville et l’Éducation nationale.

> Des messages d’éducation à la santé non-normatifs transmis avec des formats ludiques.

> Une appropriation des outils et jeux par les professionnels difficile à évaluer.

Perspectives

> Le pôle Prévention Santé Handicap souhaite privilégier les projets co-construits afin de développer l’appropriation des questions de santé par les personnels éducatifs, et les forums hors établissements scolaires pour attirer un public plus large (notamment les parents).

> La création des Parcours éducatifs en santé (PES) par la loi de santé de janvier 2016 ne devrait pas impacter directement le territoire de Pantin, puisque le partenariat entre l’Éducation nationale et la ville est en quelque sorte précurseur des PES.

Facteurs de réussite / Conseils pour reproduire ce projet

> Un partenariat pérenne entre les services municipaux et l’Éducation nationale, via la direction des services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN) : construction d’une relation de confiance et sans rapport hiérarchique.

> Une co-construction de la programmation entre les services municipaux et la DSDEN.

> Une connaissance des ressources et professionnels locaux, facilitée par la présence de la coordinatrice depuis 10 ans.

> Un accompagnement par une équipe d’animateurs expérimentés et développant des approches ludiques.

Aller plus loin

> Récit d’expérience (publié par la PnrASV en septembre 2016)

Contact référent

Isabelle Granger

Responsable du pôle Prévention Santé Handicap

Ville de Pantin

 

i.granger@ville-pantin.fr

01 49 15 38 40

 

 

Complété le 6.09.2016