Faire vivre un collectif informel de professionnels : le cas du Réseau Estime de Soi (ReSOI) / Epinay-sur-Seine

Par l’Atelier santé ville d’Epinay-sur-Seine

Repères

Statut du projet : en cours de mise en œuvre

Échelle : ville

Thématique traitée : santé mentale

Public visé : professionnels abordant, d’une manière ou d’une autre, les questions de santé

Partenaires opérationnels : professionnels de la ville et partenaires départementaux porteurs du ReSOI (Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques, Maison des parents, programme de réussite éducative, Point information jeunesse, service social, …)

Moyens affectés : coordination réalisée par la coordonnatrice ASV et la chargée de mission ASV; organisation du réseau prise en charge par l’ensemble des participants (co-construction du programme, co-animations, comptes rendus tournants, …)

Contexte

Depuis 1995, différents diagnostics locaux ont montré le besoin de développer la prévention des conduites addictives, compte tenu de l’importance des activités liées aux drogues sur certains quartiers de la ville. À partir de 2006, l’ASV a constitué un groupe de travail composé d’une trentaine de professionnels (des domaines de la santé, du social, de l’éducation, de l’insertion) : celui-ci a réalisé un diagnostic avec une approche par les déterminants de santé, organisé des journées de sensibilisation sur les « dépendances » (conférences à destination des professionnels et des associations, animations et théâtre-forum à destination des habitants) et participé à l’élaboration du plan local de santé publique.

Le groupe de travail sur les conduites addictives s’est progressivement orienté vers la prévention des comportements à risques. Suite à une formation en 2008 donnée par la Mission départementale de prévention des conduites à risques (devenue Mission métropolitaine depuis 2013), les participants ont souhaité poursuivi leurs réflexions et actions collectives au sein du groupe et mobiliser davantage de professionnels, autour de la notion d’estime de soi.

Objectifs

> Constituer un réseau de professionnels locaux, dans une perspective d’échanges et d’amélioration continue des pratiques

> Se former à la notion d’estime de soi, comme levier de prévention des comportements à risques

Description de l’action

L’estime de soi se définit comme le sentiment que chacun a de sa propre valeur. Elle est un facteur de protection face aux conduites à risques, dont les addictions. La recherche a démontré les liens entre les compétences psychosociales, en particulier l’estime de soi, et les comportements de santé.

Pour les professionnels, orienter leurs pratiques sur les facteurs de protection, particulièrement l’estime de soi, impose un changement de regard et de perspective. Il s’agit alors de se centrer sur l’individu et la multiplicité des facteurs et déterminants qui influencent ses comportements de santé. En pratique, il leur revient d’identifier et de valoriser les ressources propres à chaque individu lui permettant de renforcer son sentiment de contrôle et ses stratégies de résilience.

 

Face à l’intérêt des professionnels du groupe de travail Conduites addictives, l’ASV a organisé un cycle de travail autour de l’estime de soi. Pendant plus d’un an, les séances ont été animées par Lia Cavalcanti (psychologue de formation et directrice de l’association Espoir Goutte d’or, accueillant des usagers de drogues et développant une démarche de santé communautaire). Outre les échanges sur l’estime de soi et la cohérence des pratiques professionnelles avec cette perspective, le concept d’empowerment a complété les réflexions pour souligner l’importance de la dimension collective et éviter l’écueil de certaines théories de développement personnel uniquement centrées sur l’individu.

 

Ce cycle de travail a été une préfiguration du réseau Estime de soi (ReSOI) : des temps de travail ont été consacrés à la notion de réseau et au développement de l’autonomie des professionnels dans l’organisation des échanges. Des co-animations ont été mises en place pour que les participants prennent confiance dans leur capacité à animer le groupe.

En décembre 2011, le groupe a travaillé sur une Charte définissant le réseau et les valeurs et principes qui l’animent : le ReSOI est un « collectif de personnes de Plaine Commune liées par des principes éthiques et des règles de fonctionnement, agissant pour la promotion de l’estime de soi. Le réseau est ancré sur le territoire d’Épinay-sur-Seine et fonctionne sur les principes de la confiance mutuelle et de la coopération sur un mode non hiérarchique ». Le ReSOI s’organise autour de quatre axes de travail : animation/coordination ; formation ; communication ; évaluation. Il s’inscrit dans une perspective de réflexion et d’amélioration continue des pratiques professionnelles.

Tout au long du processus, la coordonnatrice ASV a eu un rôle de soutien auprès du réseau et a pris part à sa coordination. Elle a assumé notamment les tâches logistiques (réservations des salles, rappel des dates) et parfois d’animation.

 

De 2012 à 2015, les rencontres étaient mensuelles. Les matinées étaient structurées avec des interventions thématiques ou des approches méthodologiques en lien avec les préoccupations des acteurs de terrain. Les après-midis étaient consacrées aux échanges de pratiques et à l’analyse croisée des postures professionnelles. Les thématiques de l’accueil, de la dépendance aux produits, de la promotion de l’estime de soi à l’école ont, par exemple, été abordées. L’ordre du jour était défini en concertation avec les membres du réseau participant à une réunion de programmation à chaque rentrée. La fréquence, importante (une journée par mois), a été bénéfique à la dynamique du groupe : cette régularité a aidé à fédérer le réseau.

Résultats

> Rencontres mensuelles du ReSOI (en moyenne, 20 participants) et restitution annuelle (en moyenne, 100 participants) de 2012 à 2015.

> Meilleure prise en compte de l’estime de soi dans les pratiques professionnelles, notamment dans l’accueil des publics.

> Répercussion des nouvelles pratiques professionnelles orientées sur l’estime de soi vers les publics accompagnés (meilleure prise en compte de leurs compétences, amélioration de leur estime de soi).

> Développement des compétences des membres du ReSOI sur la prévention des conduites à risques et les addictions.

> Évolution des pratiques professionnelles des membres du ReSOI. Par exemple, la responsable de la Maison des Parents a mené en 2015 un diagnostic qualitatif sur les besoins et attentes des parents en s’appuyant avant tout sur leur parole recueillie lors de réunions collectives. Elle voit cette approche comme un « mûrissement » de sa participation au ReSOI.

Perspectives

> Une nouvelle organisation du ReSOI est en cours de réflexion, afin de préserver la dynamique et mobiliser les professionnels (modification de la fréquence des rencontres, animation tournante par un binôme volontaire).

Facteurs de réussite / Conseils pour reproduire ce projet

> Être accompagné dans la formalisation du réseau

> Centrer la coordination ASV sur la méthodologie et le renforcement des compétences professionnelles

> Définir un cadre de travail et des modalités de fonctionnement clairs et acceptés par chaque membre (ici, une Charte a été rédigée)

> Créer un espace protecteur, un climat convivial et bienveillant au sein des réunions

> S’accorder sur les rôles de coordonnateur et d’animateur

> Travailler de manière intersectorielle : interroger la transversalité de la problématique des conduites addictives

> Être attentif aux attentes et intérêts des professionnels

> Fixer des objectifs clairs (opérationnels et stratégiques)

Aller plus loin

> Récit d’expérience (publié par la PnrASV en septembre 2016)

> Centre bruxellois de promotion de la santé, L’intersectorialité, on n’est pas tombé dedans quand on était petit, 2016

Contact référent

Laurie Cornu

Coordonnatrice ASV/CLS

CCAS d’Epinay-sur-Seine

 

laurie.cornu@epinay-sur-seine.fr

01 49 71 42 87

 

 

Complété le 6.09.2016