"Bouge ta santé" : la construction d'un parcours Activité physique, Sport, Santé pour les jeunes / Clichy-sous-Bois

Par l’Atelier santé ville de Clichy-sous-Bois, le Comité départemental olympique et sportif de Seine-Saint-Denis et la Mutualité française d’Ile-de-France

Repères

Statut du projet : achevé

Échelle : ville

Thématique traitée : activité physique

Public visé : jeunes de 6 à 16 ans, et leurs parents

Partenaires opérationnels : Maison de la diététique pour tous, établissements scolaires du 1er et du 2nd degré, structures sociales (centres sociaux, …), clubs sportifs

Partenaire financier : ARS Ile-de-France (2012-2014)

Moyens affectés (ressources humaines) : 0,5 ETP de la Mutualité Française + 0,5 ETP du CDOS 93 + 0,2 ETP du coordonnateur ASV

Contexte

L’ASV travaille, depuis sa création en 2001, sur l’activité physique. La ville est marquée par un taux préoccupant d’obésité infantile. Des actions sont régulièrement menées en partenariat avec la Maison de la diététique pour tous et le Comité départemental olympique et sportif (CDOS).

Parallèment, la Mutualité française d’Ile-de-France a réorienté, en 2011, son action « Bouge… une priorité pour ta santé », conformément aux enseignements de l’étude évaluée et validée ICAPS (Intervention auprès des collégiens centrée sur l’activité physique et la sédentarité). Initialement dédiée aux collèges, l’action a été réorientée vers une approche plus globale intégrant l’environnement du jeune et les acteurs du territoire.

Objectifs

> Améliorer la santé globale des jeunes de 6 à 16 ans, grâce à une augmentation de l’activité physique sous toutes ses formes

> Créer une dynamique locale en réunissant les acteurs liés à l’activité physique, à la santé, à l’éducation et au social

Description de l’action

L’ARS a mobilisé l’ASV, le CDOS 93 et la Mutualité Française afin d’échanger sur ICAPS et favoriser le montage d’un projet partenarial pour promouvoir l’activité physique auprès des jeunes. Alors que les priorités locales, départementales et régionales se sont rejointes, les acteurs ont saisi cette fenêtre d’opportunité. En 2012, le projet a démarré par la réalisation d’un diagnostic des besoins et ressources existantes. Il a relevé un déficit de l’offre sanitaire et des équipements sportifs. La coordination locale des professionnels apparaissait comme le levier essentiel à activer.

 

Le projet s’appuie sur la démarche ICAPS (intervention menée dans le Bas-Rhin, reconnue efficace, et dont le transfert est soutenu par l’Inpes). La stratégie développée repose sur le modèle socio-écologique et agit simultanément sur ces trois axes : les représentations et la motivation des jeunes ; leur soutien social (parents, enseignants, animateurs) ; leur environnement physique et organisationnel (pour rendre accessible l’activité physique au quotidien, à l’école et en dehors). La démarche ICAPS a été une base solide qu’il a fallu adapter au contexte territorial et partenarial.

 

Exemples d’actions mises en place :

  • Formation « Activité physique et santé » auprès d’animateurs de centres de loisirs et de salariés d’associations à vocation sociale.
  • Projets transversaux annuels dans les écoles élémentaires et les collèges : conception de menus équilibrés, de publicités et d’un livret « manger bouger », organisation d’une course d’orientation, conception et entretien d’un jardin pédagogique et d’un composteur, …
  • Accompagnement par un éducateur en activité physique adaptée (APA) des éducateurs sportifs de l’École municipale des sports démunis face aux jeunes en situation de surpoids, de maladies chroniques ou de handicap. Il s’est agi d’adapter les activités proposées aux enfants pour répondre au mieux à leurs capacités et leurs besoins.
  • Séances d’apprentissage du vélo pour les enfants et les parents dans les centres sociaux et dans le cadre du Programme de réussite éducative.
  • Parcours « Activité physique et santé » : construction de parcours adaptés à tous les publics par des experts référents locaux (professionnels de santé, du sport, de l’éducation, du social). Des jeunes ciblés peuvent bénéficier d’un accompagnement multidisciplinaire (médecin, diététicien, psychologue, éducateur sportif), avec la participation de leurs parents.

 

L’enjeu est de construire un « parcours » avec des actions pérennes de promotion de l’activité physique. La coordination des acteurs et la sensibilisation du service Urbanisme y concourent fortement. Les séances d’apprentissage du vélo ont été l’occasion de sensibiliser les urbanistes à la sécurité des routes pour les deux roues et aux mobilités actives. Dorénavant, le coordonnateur ASV et le référent du CDOS 93 sont systématiquement consultés sur les projets urbains (notamment les plans de rénovation urbaine) afin de tenir compte des questions de santé.

Résultats

> Environ 300 enfants touchés (écoles primaires et classes de 6e et 5e).

> Augmentation de l’activité physique des jeunes : après une année scolaire d’activité, les jeunes déclarent pratiquer une activité physique intense 3,4 fois par semaine, contre 2,4 auparavant.

> 16 enfants pris en charge dans le cadre du parcours « activité physique et santé » : bons résultats en termes d’estime de soi.

> Des clubs sportifs ont ouvert des sections « adaptées » au public sédentaire (jeunes et adultes). À ce titre, le club de randonnée local a doublé son taux de  licenciés.

> Sensibilisation du service Urbanisme aux mobilités actives et à la promotion de la santé

Perspectives

> Renforcement de la prise en charge des adolescents, voire des adultes, ayant des maladies chroniques par une équipe pluridisciplinaire (diététicien, éducateur en activité physique adaptée et santé) : repérage par le milieu médical, mise en œuvre d’une ETP (éducation thérapeutique du patient), orientation vers des clubs sportifs proposant des sections adaptées.

> Pérennisation du volet « action dans les établissements scolaires » : un coordonnateur, salarié par le CDOS 93, et un éducateur sportif en activité physique adaptée et santé seront dédiés à ce dispositif (soutien de l’ARS Ile-de-France, de la Ville et du Centre national de développement du sport).

> Prise en compte de l’activité physique et sportive dans des dispositifs d’aménagement urbain (plan de rénovation urbaine, projet de centre-ville, …).

Facteurs de réussite / Conseils pour reproduire ce projet

> Un portage politique affirmé et continu : inscription dans les priorités de la ville

> Une coordination locale identifiée : importance d’une équipe disponible interdisciplinaire dédiée (ici, complémentarité des porteurs de projet : ASV, CDOS, éducateur sportif, diététicienne)

> Un soutien des institutions (ARS, DRJSCS, DDCS, Conseil départemental, CPAM, Éducation nationale, …)

> Un fil conducteur : prise en compte du socle de la promotion de la santé dans la valorisation de l’activité physique au quotidien (compétences psychosociales, estime de soi, bien-être)

> Une mobilisation globale des acteurs locaux autour d’un objectif général partagé entre les associations sociales, les associations sportives et les services municipaux et institutionnels

> Une appropriation de l’activité physique par les acteurs (formations, sensibilisation)

Aller plus loin

> Récit d’expérience (publié par la PnrASV en avril 2016)

> Guide d’aide à l’action « Promouvoir l’activité physique des jeunes, élaborer et développer un projet de type Icaps »

Contact référent

Michel Fikojevic

Coordonnateur ASV

Ville de Clichy-sous-Bois

 

michel.fikojevic@clichysousbois.fr

01 43 88 83 69

 

 

Complété le 18.04.2016