Actualités

< Retour à la page précédente Actualités

[RAPPORT] L'activité physique sur prescription en France : état des lieux en 2019

L'Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps) et le pôle ressources national Sport, Santé, Bien-Etre (PRNSSBE) du ministère des Sports publient "L’activité physique sur prescription en France : état des lieux en 2019", un rapport sur les dispositifs de prescription d’activité physique mis en place et leurs modes de fonctionnement et de financement.

Premier constat du rapport : la majorité des dispositifs retenus dans l'enquête sont mis en place à l'échelle locale. 53 dispositifs sur 96 ont ainsi un périmètre communal ou intercommunal (soit 55,2%). Et parmi ceux-ci, 67% sont déployés dans des villes et communautés de communes de 20.000 à 150.000 habitants, tandis que 24% concernent des villes de moins de 20.000 habitants. L'échelle départementale ou infradépartementale concerne 34 dispositifs (35,4%) et l'échelle régionale n'est retenue que pour 9 dispositifs (9,4%).

Le rapport nous apprend que, pour le niveau local, les structures porteuses des dispositifs d’activité physique sur prescription sont pour 43% des communes appartenant au Réseau des villes sport-santé sur ordonnance des Villes-Santé de l’OMS, pour 33% d’autres communes, dont celles du réseau de l’Association nationale des élus du sport (Andes), pour 17% des associations et pour 7% des pôles de santé ou des maisons de santé pluriprofessionnelles. [...]

Les budgets des dispositifs vont de 3.150 à 522.000 euros, même si la majorité d'entre eux sont compris entre 30.000 et 75.000 euros. On remarque par ailleurs que le budget médian n'est pas si éloigné selon que le dispositif est d’échelle communale ou intercommunale (38.000 euros par an) ou d'échelle départementale ou infradépartementale (51.208 euros). [...]

Au final, pour ses auteurs, le rapport témoigne "de la dynamique très forte des territoires qui innovent au service de la santé de nos concitoyens". Si la dynamique est bien réelle, "cette puissance d’innovation locale doit maintenant être soutenue par une politique nationale du sport-santé ambitieuse, organisée et financée", estiment encore les auteurs. Car, ainsi que le souligne Martine Duclos, présidente du comité scientifique de l’Onaps, "aucun dispositif n’est à ce jour financé de façon pérenne".

Source : Localtis

Consulter le rapport

Thématique: