Actualités

< Retour à la page précédente Actualités

[RAPPORT] La santé des chômeurs, un enjeu de santé publique

Une récente étude de l'association Solidarités nouvelles face au chômage alerte sur les impacts du chômage sur la santé et préconise que cette problématique soit prise en compte à la fois par le système de santé et de soins, et les services publics de l'emploi.

La santé des personnes au chômage, un sujet peu étudié et une réalité insuffisamment prise en compte.

Les chercheurs d’emploi sont deux fois plus nombreux que les salariés ayant un emploi stable à estimer que leur état de santé n’est pas satisfaisant, un pourcentage qui devient plus important à mesure que le nombre de périodes de chômage vécues augmente. Pourtant, cette problématique est rarement abordée que ce soit par les chercheurs d’emploi eux-mêmes ou par les professionnels de santé qui ne sont pas sensibilisés aux effets du chômage sur la santé dans le cadre de leurs études. En dix ans, seules trois études françaises ont été publiées dans des revues d’audience internationale. Dans ce contexte, les facteurs influençant leur santé sont multiples mais encore peu documentés et la problématique des impacts du chômage sur les individus qui le vivent est restée jusqu’à présent orpheline.

Le chômage nuit à la santé

Pourtant, les rares études concernant de grandes populations de chercheurs d’emploi mettent en évidence les effets négatifs du chômage sur plusieurs aspects de la santé somatique et psychique. Ainsi, on observe une surmortalité des chercheurs d’emploi avec 10 000 à 14 000 décès « imputables » chaque année au chômage**. Cette surmortalité parait liée à des maladies, notamment à des pathologies cardiovasculaires plus fréquentes chez les chercheurs d’emploi, aux conséquences de comportements addictifs apparus après la perte d’emploi ou à des suicides. Le chômage impacte également négativement les habitudes de vie, les addictions, les comportements à risque et l’activité physique des personnes qui le vivent, constituant autant de sur-risque pour leur santé. Enfin, l’ensemble des recherches réalisées en psychologie indique que le chômage est vécu comme une épreuve qui s’accompagne de stress, d’anxiété et de déprime mais également d’un profond sentiment de honte et de culpabilité. En cela, l’expérience du chômage constitue souvent un véritable traumatisme.

Le renoncement aux soins ou les « empêchements dûs au chômage.

En dépit de ces fragilités, les personnes au chômage renoncent davantage aux soins que les actifs occupés, notamment pour des raisons financières. Elles bénéficient en effet, d’une moins bonne protection complémentaire que les autres populations et les complémentaires souscrites sont moins favorables pour le remboursement des lunettes, des appareils auditifs et des prothèses dentaires. Par ailleurs, l’éloignement de l’offre de soins, l’avance des frais de santé, le manque d’information sur le remboursement, voire la crainte d’être pénalisé dans sa recherche d’emploi en cas d’arrêt constituent des facteurs de renoncement supplémentaires de même que les facteurs sociaux (méconnaissance des droits sociaux) et psychologiques (moindre priorisation des problèmes de santé dans une situation sociale instable, négligence de l’écoute de son corps dans un contexte de restriction des besoins).

Face à ces constats, SNC appelle à la mise en place d’un « écosystème » favorable au soutien à la santé des chercheurs d’emploi défini autour de cinq axes d’actions à déployer :

➜ Organiser une « conférence de consensus » sur un dispositif de soutien à la santé des chercheurs d’emploi avec toutes les parties prenantes.

➜ Mieux informer les chercheurs d’emploi sur leurs droits en matière de santé.

➜ Améliorer la couverture complémentaire des chercheurs d’emploi.

➜ Éviter l’isolement des chercheurs d’emploi grâce à la prise en compte de la dimension santé dans le cadre de l’accompagnement global.

➜ Prendre en compte les aspects médicaux et psychologiques du chômage dans les pratiques professionnelles et les études. " 

Consulter le rapport
Lire l'article de la Gazette Santé Social

Thématique: