< Retour à la page précédente Actualités

Bilan des Groupes d'Entraide Mutuelle

La CNSA publie le bilan d'activité des groupes d'entraide mutuelle (GEM)

Introduits par la loi « handicap » du 11 février 2005, les GEM sont des dispositifs de prévention et de compensation de la restriction de la participation à la vie sociale organisés sous forme associative. Ils accueillent des personnes aux troubles de santé similaires qui les mettent en situation de fragilité ; les personnes concernées connaissent cependant des troubles pouvant varier fortement en termes d’intensité et de répercussion sur l’autonomie, ainsi que des parcours de vie et des conditions sociales très hétérogènes. Les GEM reposent sur la philosophie de la « pair-aidance » : en regroupant des personnes ayant des difficultés communes, ils valorisent le soutien mutuel et facilitent le lien social, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du GEM. Le principe général est une autogestion par les personnes fréquentant le GEM, qui doivent décider du mode de fonctionnement, tant aux niveaux administratif et financier qu’au niveau de l’organisation interne du GEM (règlement intérieur, activités…). Soutenu par un « parrain », qui a notamment pour mission de le soutenir lors d’éventuelles difficultés, le GEM peut également être aidé par une association gestionnaire. Les animateurs du GEM, professionnels salariés ou bénévoles, viennent en appui aux membres du GEM dans la gestion quotidienne et n’ont pas la fonction classique de « travailleur social ».

En résumé, les GEM ne constituent pas des structures médico-sociales au sens de l’article L. 312-1 du Code de l’action sociale et des familles. Ce sont des lieux de rencontre, d’échange et de soutien entre les adhérents, dont l’objectif premier est la création d’un lien social et la lutte contre l’isolement. Ils n’ont pas vocation à délivrer des prestations et des services médico-sociaux, mais peuvent favoriser l’accès aux soins et à un accompagnement médico-social de leurs adhérents, notamment par le développement de relations et de réseaux avec les institutions compétentes en la matière. Ainsi le GEM est un lieu de rencontre non médicalisé, mais pouvant contribuer au processus de rétablissement. 

Depuis 2011, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) assure la gestion du dispositif qui est financé sur son budget. Le financement est ensuite alloué aux agences régionales de santé (ARS) après une notification de crédits faite par le directeur de la CNSA. Au niveau régional, les ARS assurent le pilotage du dispositif et sont chargées de l’allocation des crédits aux GEM de leur région sous forme d’une subvention versée à chaque association constitutive d’un GEM ou à l’association gestionnaire du GEM.

Lire le rapport 

Thématique: