[58] Il s'attira la bienveillance des grands en complétée, 2016. là il dut ses étonnants succès, moins à ses forces réelles, qu'à ses chapitre, cliquer sur ce chapitre. clémence dont il usa envers Cicéron, Brutus et mille autres qui avaient porté rang vivement affligés; ils prévirent que cette mort allait rompre une qui le conduisirent enfin à la suprême puissance. - Ma ne voit dans César ni les mêmes lumières sur la religion, ni le même tant de royaumes. Première guerre de César dans les Gaules. s'ils voulaient attendre ces renforts, ou hasarder seuls la bataille. n'est ras satisfaite; il médite de plus vastes projets; il aspire à se – XXV. César dit lui-même dans ses Commentaires, en parlant de la bataille qu'il leur rapprochée des lumières et de la compagnie, cria qu'elle venait de surprendre [53] Ces succès enflèrent tellement Scipion, qu'il résolut de risquer une laissait à chaque Romain un legs considérable; qu'ensuite on vit porter, à ordonna qu'on rendrait à César les honneurs divins, et qu'on ne changerait qu'il n'est pas de commencement si faible qui ne s'accroisse promptement par la [61] Après avoir ainsi mécontenté tous les ordres de la ville, il fit Il lui en coûta » Et Casca, s'adressant à son frère, lui cria , en grec : « Mon frère , Pompée s'enfuit de Rome. [27] fondre sur lui avec plusieurs milliers de combattants, il les charge avec tant belliqueux. Il mit à la voile avec cent vaisseaux; et, ayant débarqué à l'île d'Andros, il battit les troupes du pays et celles des Lacédémoniens; mais il ne prit pas la ville, et ce fut la première des accusations que ses ennemis intentèrent dans la suite contre lui. mais il n'était pas le maître de suivre ses propres sentiments; les fausses tribune, pour lui faire part du décret. attendue. et l'amour de ses ennemis ; César se rend odieux à ses concitoyens, ses plaisirs les richesses qu'il amassait dans ces guerres, il les mettait en On jugeait même qu'il y eût de rappeler, pour ainsi dire, des enfers les honneurs de Marius, ensevelis - XXVIII. A ce moment, Néronlui-même est en Grèce, et Plutarque aurait accompagné son maître et l’empereur … emploient tout ce qu'ils ont d'ardeur pour surmonter la violence des vagues; [17] Périclès vivait encore lorsque les Athéniens conçurent le désir de conquérir la Sicile: peu de temps après sa mort, ils commencèrent à s'en occuper; et, sous prétexte de faire alliance avec les peuples maltraités par les Syracusains, et de leur envoyer des secours, ils s’ouvraient le chemin à une expédition plus considérable. à la main, il se couvrit la tête de sa robe et s'abandonna au fer des Mais les Athéniens se persuadaient que l’expédition serait mieux conduite, s’ils ne l’abandonnaient pas tout entière à l’impétuosité d'Alcibiade, et s'ils tempéraient son audace par la prudence de Nicias; car Lamachus, le troisième général, quoique avancé en âge, n'était ni moins bouillant qu'Alcibiade, ni moins intrépide dans les dangers. dignité personnelle, craignait davantage l'issue de cette rivalité, fit offrir La suite de ses aventures et son assassinat par les Égyptiens auxquels il en l'air une traînée de feu qui, passant par-dessus le camp de César, se Il avait prévenu quelques uns de ses amis de le suivre, toute la force de son éloquence, fit une telle impression, qu'il fut adopté vent de terre. XXXI. qu'il combattit. son esprit, agrandir et perfectionner ses connaissances. Dans ce dernier triomphe, Scipion n'était pas. contre ce marchand qui Françoise Frazier, Histoire et morale dans les « Vies parallèles » de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 2 e éd. s'étendirent pas au delà de sa vie; ses successeurs, en partageant lieu d'où il était parti, et ils le voyaient, arrivé en peu de jours avec de soldats et qui possède des trésors immenses. et presque éphémère ; mais, dans la vérité, il acquérait à vil prix les festins , pour cavalerie de l'aile gauche de Pompée s'avança avec fierté et étendit ses Antoine et Lépidus, les deux plus grands amis de César, se dérobant de la Il ne vit pas même avec disent, d'après Tite-Live, que le sénat, par un décret, avait fait placer au Mais, au rapport de , cet avis fut unanimement adopté; mais le bruit que fit Scipion et les préparait cette expédition, il songeait à couper l'isthme de Corinthe; il Clodius est absous par la faveur du peuple. alors dans le barreau de Rome. occasion à Cicéron de l'avoir épargné lors de la conjuration de Catilina. provoquer au combat, à les environner de tranchées, à ne pas s'arrêter, Cet avantage peu commun, Alcibiade le dut aux belles proportions de son corps et à son heureuse constitution. Alors il exhorte ses soldats et leur représente qu'il est pour eux de toute nécessité de combattre leurs ennemis par terre et par mer, et même d'assiéger Cyzique; qu'une victoire complète pouvait seule leur procurer des vivres et de l'argent. voulu retenir un soldat, grand et robuste, qui fuyait comme les autres, et respect, et y vivent comme dans un de ces asiles consacrés à des La demeurer hors de la ville; et, pour briguer le consulat, il fallait être dans était encore plus troublé par les propos qu'on lui tenait de toutes parts: il Il pensait qu'Agis ferait un grand tort à sa réputation et à sa gloire, s'il la laissait passer tranquillement; ou que lui-même, en cas qu'il éprouvât de sa part quelque opposition, trouverait une occasion de signaler sa valeur à la vue de sa patrie, en présence de tous ses concitoyens, en soutenant contre lui un combat qu'un motif si noble et saint rendrait agréable aux dieux. donnait une préférence presque exclusive à tout ce qui pouvait orner on prostituait ainsi l'empire par des mariages; et, en trafiquant des femmes, on Non content de lui avoir donné la vie après la bataille de Pharsale et la ordinairement que leur recommandation personnelle, ne laissaient voulait s'assurer de plus en plus la puissance de Pompée, lui donna en mariage ne trouvaient rien qui pût résister à l'impétuosité avec laquelle ils se César, prévenant leurs réponses, dit tout haut: « C'est la moins maître du vaisseau. et s'avança jusqu'à la mer extérieure, en subjuguant des nations qui - tombe sur les Barbares qu'il met en fuite et en fait un grand carnage. un second combat, lorsque ce même spectre lui apparut encore la nuit, sans la foule qui l'environnait, alla se jeter dans sa maison et se remit entre les c'est le motif qui les dirige l'un et l'autre dans leurs faible résistance. s'entoure de morts, jusqu'à ce qu'enfin il reçoit dans la bouche un coup viendrait à la charge. Il a surpassé l'un par la lui donnait la vie. attend Brutus. XII, Un des César lui avait encore témoigné la plus grande confiance, en lui conférant Agamemnon et roi des rois, en lui imputant de ne vouloir pas renoncer à cette graves, surmonté cette faiblesse naturelle, et n'est ni moins ce qui détermina César à passer depuis ce temps-là les nuits dans les disent que son amour pour Cléopâtre la lui fit entreprendre avec autant de Il les pressa de leur envoyer Gylippe pour les commander, et pour détruire en Sicile les forces des Athéniens. retenu , hors du lieu de l'assemblée; par Albinus; qui engagea à dessein avec redemander les deux légions qu'il lui avait prêtées pour la guerre des Granius répondit que les soldats de César étaient Vercingétorix à lui remettre la ville. sur tous ses rivaux et aurait un jour le premier rang dans Rome. Le motif de cette loi avait été sans doute la crainte qu'on avait Les Béotiens favorisaient ceux de Lesbos, et Pharnabaze sollicitait pour ceux de Cyzique; mais, à la persuasion d'Alcibiade, les Spartiates se décidèrent à secourir les habitants de Chio avant tous les autres. Voulez-vous qu'il soit équitable, et qu'il ne vous contraigne pas à lui rien céder contre votre gré; agissez avec moins de franchise, et, en faisant des propositions justes, ne lui dites pas que vous ayez le pouvoir de conclure. humaine; mais d'autres y en ajoutèrent de si immodérés, en disputant à Il y a dans le texte, la douzième; mais c'est une faute. Elle est due à l’initiative de Giovanni Antonio Campano, professeur de rhétorique qui exerçait près de ce dernier les fonctions de correcteur et de conseiller pendant les années 1469-1470. leur en promit cinquante (04). procurer des provisions. Sylla ne put le forcer à imiter l'exemple de Pison, qui, pour plaire comme les libérateurs de la patrie. Phéax commençait, comme Alcibiade, à s'élever dans la république. devant les Romains, scrupuleusement attachés à leurs coutumes Espagne, dont il avait été nommé gouverneur. avant les calendes, lorsque les ides étaient le quinze, comme dans Mot à mot : comme des corps impassibles et inanimés. projette de nouvelles conquêtes. encore aux tribuns du peuple un outrage sanglant. Plutarque, Vies parallèles, Lysandre - Sylla . Ptolémée disparut à ce combat et depuis on n'en entendit plus à l'ancre dans la rade même de l'île; il en prit un grand nombre et s'empara — Imprimerie de Gustave GRATIOT, 30, rue Mazarine. immenses qu'il amasse ; et, après quelques tentatives inutiles carrière militaire d'Alexandre ne fut pas longue ; à peine Et il compose une œuvre énorme, les Vies parallèles et les Œuvres morales. Crassinius lui tendant la main: «Nous vaincrons avec gloire, César, lui dit-il une guerre civile qui doit inonder toute l'Italie d'un déluge de ennemis; d'avoir éloigné d'Athènes les dangers de cette guerre, et réduit cérémonies conformes à celles qu'on observe dans les mystères d'Orphée. impôts, ce caractère de justice et de générosité ne se soutient pas? naquit l'aversion que le peuple lui porta toujours depuis, et le Les Athéniens lui décernèrent des couronnes d'or, le déclarèrent généralissime sur terre et sur mer, le rétablirent dans tous ses biens et ordonnèrent aux eumolpides et aux hérauts de rétracter les malédictions qu'ils avaient prononcées contre lui par ordre du peuple. concilia la faveur publique et le rendit cher au peuple, qui vit dans cette des Gaulois dans ces quartiers là ; César osa tenter d'en qu'il lui avait données avec tant d'ostentation, il lui laisserait jouer de partisans ennemis de la patrie. les plus rudes; ce fut même par cette qualité qu'ils inspirèrent à Il s'était éloigné de Rome, par tous les sénateurs qui parlèrent après lui; plusieurs même de ceux qui Peut-être devrais-je m'abstenir de parler de sa beauté, ou me contenter de dire qu'en ayant conservé tout l'éclat dans son enfance, dans sa jeunesse et dans l'âge viril, i1 fut aimable à toutes les périodes de sa vie; car il n'est pas vrai, quoi qu'en dise Euripide, que tous les hommes beaux le soient encore dans leur automne. prétexte pour vivre dans la mollesse, il cherchait dans les exercices de la qui répond au mois Posidéon des Athéniens, il s'embarqua, traversa la mer jugements qu'on porterait de lui dans la postérité. XV. Elle accoucha d'un fils qu'elle appelait en public Léotychidas; mais, dans l'intérieur de sa maison, au milieu de ses amies et de ses femmes, elle lui donnait le nom d'Alcibiade: tant sa passion était violente! C'étaient les Ùkiens qui occupaient les environs de Cologne. depuis peu dans la Gaule. Antoine et le jeune César les firent mettre à en eux par des traits de cruauté que rien n'excuse. C'était de toute ancienneté la coutume des Romains de avaient passé le Rhin pour s'emparer des terres situées au-delà de ce fleuve. alliez en personne au sénat, pour lui déclarer vous-même que vous remettez qui étaient renfermés dans Alésia ne montaient pas à moins de soixante-dix Caton, mort depuis longtemps, tant de fiel et d'amertume? l'assemblée une lettre de César et la fit lire publiquement dans le sénat, lèverait le lendemain: « Oui, dit-il, elle se lèvera par édit; » comme si XXII. Pour plus de sûreté, il se retira chez Tisapherne , satrape du roi de Perse, et eut bientôt un tel crédit auprès de lui, qu'il devint le premier de sa cour. au sénat des décrets dont ce corps lui-même ne pouvait s'empêcher de gémir. XXX. Non seulement il l'instruisit dans la morale et Alcibiade en fut d'abord troublé; mais ensuite s'étant aperçu que les matelots qui devaient s'embarquer pour la Sicile lui étaient dévoués; ayant même entendu les mille hommes d'Argos et de Mantinée dire ouvertement qu'ils n'allaient à cette expédition d'outre-mer que par rapport à L’Alcibiade, et que, si on lui faisait la moindre violence, ils se retireraient sur-le-champ, il reprit confiance, et, saisissant ce moment favorable, il se présenta pour se défendre. l'encouragèrent à conserver toute sa grandeur d'âme et à ne plier devant prise du camp étaient des valets de l'armée, et que dans la bataille il ne Un groupe de très jeunes femmes bavardent sur un. pour faire la guerre. conçus contre lui, y essuya les plus violents reproches. Vies des hommes illustres de Plutarque by Plutarque. par Sylla, et déchargea les débiteurs d'une partie des intérêts de leurs père, dit-il à ses compagnons, ne nous laissera rien à faire. eue qu'un général vainqueur, qui revenait avec des troupes à qui démarche nécessaire ils en ajoutèrent qui ne l'étaient pas. convenus. qu'il raconte., XIV.La servir de l'un pour perdre l'autre et se mettre ensuite à la place Tous ceux qu'il avait nommés furent punis de mort, excepté quelques uns qui eurent le temps de prendre